15/02/2012

6 semaines de vacances pour tous !

Ca fait rêver c'est sûr, mais la potion risque d'être amère pour certains.

Examinons un peu les conséquences d'une telle décision :

Concrètement, pour les entreprises, il s'agit d'une augmentation d'un demi-salaire mensuel par employé. Il s'agit également d'un nouveau poste de travail à créer pour chaque tranche de 24 employés.

Bon pour résorber le chômage, diront certains ! Le hic, c'est que toutes ces charges supplémentaires, les entreprises devront les payer juste pour préserver la productivité qu'elles avaient avant.

Peut-être que certains grand groupes à forte valeur ajoutée peuvent se le permettre, mais que feront les PME qui composent le 90% du tissu économique suisse ? Que feront les PME qui luttent au quotidien contre les effets du franc fort, contre les charges déjà importantes qui leur sont imposées et contre le spectre de la récession économique qui menace l'Europe tout entière ?

Certaines fermeront, purement et simplement, incapables qu'elles seront d'assumer ces charges supplémentaires et le casse-tête des vacances d'été.

sciebranche.jpgD'autres demanderont à leurs employés de faire plus avec moins pour compenser la perte de productivité : Vos deux  semaines de vacances gagnées risquent fort de se payer par des mois de galère pour faire le boulot des collègues pendant qu'EUX seront en vacances.

Enfin, les entreprises qui survivront augmenteront leur prix en même temps qu'elles gèleront les salaires pour essayer de compenser la perte engendrée par cette initiative.

On risque donc de se retrouver avec une inflation en même temps qu'une baisse du pouvoir d'achat des particuliers, le tout agrémenté d'une augmentation du chômage.

Les 6 semaines de vacances, on les passera à la maison, parce qu'on a de toute façon plus les moyens de partir.
Verra-t-on se développer une économie parallèle de petits boulots au noir accomplis par des gens en vacances pour arrondir leur fins de mois ? 

Commentaires

Vous avez oublié une conséquence logique de votre raisonnement : la fin du monde.

Écrit par : Djinus | 15/02/2012

Je ne l'ai pas oubliée, je ne voulais pas semer la panique tout de suite, c'est tout :-)

Écrit par : Daniel Zaugg | 15/02/2012

Pensez-vous vraiment que 5 jours de vacances par an rendra la Suisse moins compétitive dans notre monde globalisé ? Que faites-vous de la capacité d'innovation de notre pays, de sa fiscalité attrayante, du haut niveau d'éducation, des très bonnes infrastructures, de sa situation géographie ? Ces atouts sont-ils balayés par 5 jours de congé supplémentaires, à votre avis ?

Gouverner les gens par la peur (plus de vacances = plus de chômage) est une tactique éprouvée des élites qui redoutent la remise en question du status quo à leur avantage. Agiter l'épouvantail du chômage, c'est petit mais tellement efficace, n'est-ce pas ? Ce qui créé du chômage, ce sont les délocalisations, le dumping salarial, la destruction de l'économie réelle par les instruments de la finance. Alors venir embêter le quidam avec ces 5 jours de vacances supplémentaires, c'est un peu déplacé...

Et pensez-vous que le nombre de semaines de congé payé est un facteur décisif dans la santé économique d'une nation ? Les Japonais ont 1 semaine de vacances par année et leur économie est au bord de la faillite. Même chose pour les Etats-Unis qui en ont 2. Et que dire des pays scandinaves, pays généreux en matière de congé payé et qui affichent une santé économique éclatante ?

Avec le genre de raisonnement que vous tenez, pourquoi ne pas complètement supprimer les congé payé pour assurer un taux zéro de chômage ?

Écrit par : Maurerman | 15/02/2012

Eh Maurerman! Retournes à l'école!
2 semaines de plus = 10 jours

Écrit par : Ueliman | 16/02/2012

Ueliman, vous êtes un bon exemple de celui qui fait la leçon et qui commet une faute dans les quelques mots qu'il écrit . "Retourne" s'écrit sans s car c'est l'impératif.
Petite morale de l'histoire : il vaut mieux rester dans le thème de l'article que de se perdre dans les décors!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 16/02/2012

La santé dépend d'un processus rythmique sur plusieurs plans.
Ainsi, ce n'est pas le fait de rajouter des semaines de vacances qui changera la santé des employés mais plutôt d'améliorer le rythme du travail afin qu'il soit plus proche du rythme biologique.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 16/02/2012

Eh Ueliman, renseigne toi. L'initiative demande 6 semaines parce qu'en moyenne le travailleur suisse a déjà 5 semaines de vacances. Certains ont même déjà plus de 5 semaines.

Ca signifie d'une part qu'en moyenne cette augmentation sera de 5 jours, sur... 5 ans (en plus ! comparé à la croissance annuel, c'est une paille). Et qu'en moyenne les PME, qui représentent la très grande majorité de notre issu économique, sont déjà capables de supporter ces 5 semaines qui semblent si apocalyptiques pour certains.

Écrit par : Maurerfrau | 16/02/2012

Merci Maurerfrau !

J'observe qu'il n'y a pas d'arguments sérieux qui s'opposent aux miens, montrant bien que les points avancés par M. Zaugg sont spécieux.

Ces 5 malheureux jours de vacances supplémentaires représentent une hausse des coûts salariaux de...2% (oui, DEUX pourcents) !

M. Zaugg veut nous faire croire que cette hausse insignifiante des coûts mettrait les PME en danger et obligerait les Suisses à multiplier "les petits boulots au noir pour arrondir leurs fins de mois", à l'image de ce qui se passe en Espagne ou en Grèce ! Tremblez, petite gens ! Mdr !

M. Zaugg devrait peut-être quitté son siège de Député au Grand Conseil et songer à se reconvertir dans le comique ! Ou plutôt le tragi-comique !

Écrit par : Maurerman | 16/02/2012

Cette initiative à l'avantage d'être tellement simpliste qu'elle en devient ridicule....

j'ai changé de travail et j'ai passé de 6 semaines de vacances à 5 semaines.... (oh quelle drame selon les initiants) mais j'ai aussi passé de 42h30 à 40h par semaines .....

En comparaison j'ai perdu 1 semaine de vacances sur mon contrat mais effectivement j'ai gagné 1.7 semaines de vacances...

2.5 * 47 = 117.5 heures
117.5 /42.5 = 2.7 semaines

Il faut arrêter de parler en terme de vacances mais en terme d'heures de travail....

Écrit par : Marcellin | 21/02/2012

Les commentaires sont fermés.