11/04/2013

Elargissement de l’autoroute de contournement : une priorité pour Genève

Le constat est clair: le taux d’utilisation de l’autoroute de contournement est proche de la capacité disponible

Ce constat, ce n’est pas seulement le nôtre, celui des utilisateurs de cette infrastructure, qui en avons forcément une vision subjective, c’est surtout celui du très sérieux Office Fédéral des Routes (OFROU).

Celui-ci conclut en effet, dans son étude d’opportunité publiée en mars 2013, que « L’élargissement de l’autoroute actuelle est indispensable pour résoudre le goulet d’étranglement. »

Bouchon autoroutier.jpgL’Arc lémanique est la région qui connaît actuellement la plus forte croissance économique et démographique de Suisse et nos besoins en mobilité augmentent en proportion.

En 2009, 500’000 pendulaires Suisses et Français franchissaient chaque jour les frontières du canton. En 2013 ce ne sont pas moins de 550’000 franchissements quotidiens, soit une augmentation de 10% en quatre ans!

La vision à long terme de l’Etat en matière de mobilité est synthétisée dans le projet « Mobilités 2030 » et reprise dans projet d’agglo dit du « Grand Genève »..
Ces deux projets prévoient de restreindre fortement le trafic en centre-ville et, pour réaliser cela, ils partent du principe d’un bouclement du contournement autoroutier en 2030.

On peut questionner la pertinence de « Mobilités 2030 » et, sur une certain nombre de points, je suis le premier à le faire. Cependant, que cela nous plaise ou non, c’est sur cette base que le canton planifie aujourd’hui ses transports, notamment pour ce qui est des mesures de réduction du trafic en ville.

Il serait catastrophique pour tout le monde que les mesures de réduction de trafic prévues ne soient pas accompagnées parallèlement d’un développement de nos infrastrutures routières périphériques.

Il est vrai que, dans l’idéal, ce que nous voulons c’est le bouclement du contournement autoroutier, autrement dit, la Traversée du Lac.
Cependant les études techniques de l’OFROU montrent qu’à elle seule, cette traversée ne suffira pas à résorber le goulet d’étranglement du contournement et que, pour atteindre ce but, il faudra de toute manière élargir l’autoroute.

Il ne faut donc pas, comme certains le font aujourd’hui, opposer les deux projets:
ils sont complémentaires!

On peut même aller plus loin en affirmant que si nous voulons un jour avoir une traversée du lac, l’élargissement du contournement est un préalable indispensable.

Autoroute de contournement Kunzler.jpgC’est pourquoi je suis allé aujourd’hui à Berne, accompagné du député UDC Patrick Lussi ainsi que de celle qui m’affuble volontiers du titre honorifique de « son meilleur ennemi », la conseillère d’état Michèle Kunzler.

Ensemble, nous avons défendu devant le Conseil des Etats une initiative cantonale votée à l’unanimité par le Grand Conseil, qui demande que cet élargissement soit considéré par la Confédération comme un projet prioritaire.

La bonne nouvelle, c’est que le Conseil Fédéral a proposé hier au chambres fédérales d’approuver définitivement l’élargissement du tronçon Meyrin – Le Vengeron.

Cette première victoire est une étape, sous réserve d’acceptation du projet, qui à terme laisse bien augurer de la suite de ces travaux qui doivent mener à une fluidification du trafic sur l’autoroute de contournement.

Commentaires

Nous sommes en train d'assister une fois de plus à une Genferei d'envergure.
En forçant le destin comme vous le faites sans chercher d'abord le consensus, vous mettez en péril les contributions fédérales.
Il est parfaitement aberrant de voter pour une variante, ici l'élargissement de l'autoroute de contournement, pour la simple raison que le financement est encore peut-être disponible, contrairement à la traversée du lac qui a été rejetée à Berne.
L'OFROU n'est pas un devin et je serais très curieux de connaitre les outils et les moyens dont ils disposent pour asséner leur vérité de l'insuffisance de la traversée de la rade pour absorber le surplus sur l'autoroute de contournement.
Je vous encourage à relire par exemple l'ouvrage de Laurence Bézaguet et David Hiler sur la traversée de la rade.
Vous y trouverez de nombreux chiffres qui contredisent largement les conclusions de l'OFROU.
Il est parfaitement scandaleux d'observer cette tendance à vouloir faire correspondre une réalité discutable avec les moyens disponibles.
Les partis sont unanimes pour dénoncer l'initiative du collectif 500 qui mettrait en péril le financement. Et bien vous faites exactement la même chose ici car il y a fort à parier que vous serez désavoué par les citoyens genevois qui en ont vraiment marre de se faire mener en bateau.

Écrit par : Pierre Jenni | 12/04/2013

Bon, voilà, je suis un peu calmé. Après le coup de gueule, les idées.
Enfin, plutôt le rêve. Faut dire que votre option est tellement cauchemardesque...

On renonce au financement de l'élargissement de l'autoroute de contournement par la confédération en échange d'un engagement ferme pour la traversée autoroutière en 2030.

Ensuite seulement, on vérifie l'impact et les besoins pour la suite.

Entre temps, on demande à Berne une exemption provisoire de l'interdiction de taxer l'usage des routes afin de financer la moyenne traversée en tunnel qui sera soumise au peuple suite à la validation de l'initiative UDC.

Et on vend une vignette à puce électronique à ceux qui veulent pouvoir en profiter. Pas de payage pour garantir la fluidité et les frais de gestion mais un infrarouge qui photographie la plaque du non détenteur du sésame.

Je serais le premier à m'acquitter d'une vignette à 100.- et je suis à peu près certain qu'il en est de même pour vous et les 70'000 véhicules potentiels concernés.

Écrit par : Pierre Jenni | 12/04/2013

Sans entrer dans les "gossips" sur les raison du ratage de la traversée autoroutière dans lesquelles Monsieur Robert Cramer tient une bonne place, je constate que la raison essentielle du refus de Berne vient du fait que Genève n'a pas prévu de plan de développement à la Pallanterie.

J'espère sincèrement que vous vous y êtes mis ! Sinon vous passerez vraiment pour des charlots.

Je vous remercie d'avoir publié mes deux précédentes interventions. Je serais autrement plus heureux de vous voir réagir. Votre silence pourrait être interprété.

Écrit par : Pierre Jenni | 13/04/2013

Les commentaires sont fermés.