11/11/2013

Hier Genève était au bord du précipice…

Aujourd’hui, elle a fait un grand pas en avant!

C’est en tout cas ce que disent déjà les mauvaises langues suite à l’élection du Conseil d’Etat ce dimanche.
CE-2013.jpg

  • Pierre Maudet
  • François Longchamp
  • Serge Dal Busco
  • Luc Barthassat
  • Antonio Hodgers
  • Anne Emery-Torracinta
  • Mauro Poggia



D’autres analyseront pourquoi celui-ci plutôt que celui-là, discuteront de qui est le gagnant et de qui est le perdant de cette élection ou s’inquiéteront du manque d’expérience de la plupart d’entre eux.

Moi, ce Conseil d’Etat me plaît !

Bien sûr, les « nouveaux » vont devoir confronter leur vision abstraite de la fonction de Conseiller d’Etat à la réalité complexe du terrain. Cela ne se fera pas sans quelques couacs par-ci et par là.

Mais aujourd’hui Genève va être gouvernée par un Conseil d’Etat qui inclut des représentants de toutes les forces en présence.

Parallèlement, le Grand Conseil, avec ses 3 blocs de force sensiblement égale, est devenu une entité fluide qui changera au gré d’alliances de circonstance. Il sera de ce fait moins prône aux blocages que précédemment.

La combinaison de ces deux facteurs trouble beaucoup d’élus, car elle signifie la fin des rapports de forces prévisibles, la fin d’un certain confort intellectuel, cependant, elle peut également déboucher sur une nouvelle dynamique pour Genève.

Aujourd’hui, c’est ce que je choisis de croire.

A nos nouveaux élus je ne dirai donc que 2 choses : bravo et au boulot !

Commentaires

Le titre de votre note est à double-tranchant...

Écrit par : Mikhail Ivanovic | 11/11/2013

Hé bien, vous êtes bien l'un des rares blogueurs avec lequel je suis d'accord ;)

Je trouve cela extrêmement positif qu'il n'y ait pas de majorité et que soient élus des personnes qui, espérons-le au moins un court instant, soient capables de travailler ensemble au lieu de se tirer dans les pattes, c'est ce que le peuple attend depuis des lustres, ces candidats ont tout pour y parvenir.

Le problème est : Le Parlement va-t-il suivre cette tendance collégiale ? J'en doute un peu vu les menaces proférées hier sitôt les élections publiées par le MCG et l'UDC à l'antenne et totalement déplacées dans ces circonstances.

Écrit par : Jmemêledetout | 11/11/2013

"Je trouve cela extrêmement positif qu'il n'y ait pas de majorité et que soient élus des personnes qui, espérons-le au moins un court instant, soient capables de travailler ensemble au lieu de se tirer dans les pattes, c'est ce que le peuple attend depuis des lustres, ces candidats ont tout pour y parvenir."

En politique ce sont souvent ceux qui vivent d'espoir qui finissent par mourir de désespoir...

Écrit par : Michel Sommer | 11/11/2013

@Michel Sommer,

Certes, mais l'espoir ni le désespoir n'empêchent d'agir. Bien au contraire, c'est l'énergie du désespoir qui a soutenu les plus grandes révolutions et contestations.

Et on peut mourir en silence ou en faisant du bruit, qui un jour où l'autre trouvera un écho. Beaucoup le font et c'est ainsi que la vie avance. Que les droits avancent.

Écrit par : Jmemêledetout | 11/11/2013

Les commentaires sont fermés.