15/02/2014

Le MCG serait-il la nouvelle annexe de l’UDC?

Un parti comptant 20 députés au parlement genevois à la botte d’un groupe d’à peine 11 députés?
Un parti qui se dit « ni de gauche, ni de droite » inféodé à l’extrême droite?

On pourrait le croire en regard du surprenant retournement de dernière minute sur le soutien au contreprojet à l’IN 152, orchestré par Eric Stauffer à l’insu même des membres de son propre groupe qui n’en ont été avertis que jeudi en arrivant au Grand Conseil.

Surprenant quand on sait que, depuis plusieurs années, le maître absolu du MCG était pourtant un fervent partisan de la grande traversée du lac, l’une des solutions qui auraient pu ressortir de l’étude de ce contreprojet.

Surprenant également en regard des engagements pris envers, notamment, le conseiller d’état Luc Barthassat par le gourou du MCG.

Surprenant enfin, alors que le caucus du MCG avait décidé de ce même soutien le mardi précédant le vote.

Mais alors, pourquoi cette pirouette? De l’aveu même du Lider Maximo: « parce que le MCG a des intérêts stratégiques supérieurs avec l’UDC et que la décision a été prise au plus haut niveau entre les instances dirigeantes des deux partis », entendez à Berne…

021514_0058_LeMCGserait1.jpgC’est vrai que dans la capitale, le rapport de force est inversé avec l’UDC qui représente le plus grand parti du parlement fédéral alors que l’unique député MCG, au demeurant président de son parti, siège seul sur un strapontin, totalement à l’écart, caché derrière le Conseil Fédéral.

Serai-ce donc pour défendre l’intégration de leur conseiller national au groupe UDC, pour lui permettre d’exister un tout petit peu, que le MCG s’est plié aux ukazes de l’extrême droite populiste?

Alors, le MCG, qui avait été créé sous le sigle MBG (Mouvement Blochérien Genevois) avant de se rabattre sur son appellation actuelle suite au refus du tribun zurichois de se voir associé à eux, se préparerait-il à une « adhésion par la bande » à l’UDC?

Ce qui est sûr, c’est qu’entre Céline et Eric, celle qui porte la culotte n’est pas celui que l’on croit…

Commentaires

Peu importe qui porte la culotte. Un mariage de raison MCG-UDC vaut mieux qu'un mariage forcé RADICAL-LIBERAL pour une question de survie. A quand le mariage ou plutôt la partouze PLRDC ?

Écrit par : norbertmaendly | 15/02/2014

De toute façon ça sent le retour vers l'âge des cavernes, au 21ème siècle il serait prudent de se comporter comme des humains, ne pas oublier que nous sommes dans l'ère du nucléaire !!

Écrit par : Corto | 15/02/2014

Seuls les petits soldats du mcg n'ont pas encore réaliser que leur rôle se limitait à celui d'une marionnette obéissante dans les mains d'une direction de parti totalement inféodée à son chef et à ses capos. Ils n'ont pas fini de baisser leur froc devant l'UDC. Seul M. Poggia a décidé de relever la tête et de les envoyer promener en assumant ses positions qui n'ont plus grand chose à voir avec les délires du conducator.

Écrit par : Galileo | 15/02/2014

Cela laisse entrevoir de passionnantes guerres des chefs, genre nuit des longs couteaux !

Écrit par : Corto | 15/02/2014

Au Conseil National ainsi qu'à celui des états, c'est bien le PLR, l'annexe de l'UDC, pour voter quasiment toujours ensemble.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 15/02/2014

Pourquoi pas ce mariage ? Avec tout le bordel qu'existe a gauche et une partie de la droite. La raison l'emporte.

Écrit par : Manco | 15/02/2014

Le "bordel" ne consistant pas à imposer la pensée unique ?

Voilà maintenant qu'à chaque phrase les petits bougillons de ce petit pays pas très net clament leurs aspirations profondes !

Les suisses ne savent pas dans quoi ils mettent les pieds, mais tant que cela profite aux banques et leurs combines mêlant sang et fric, il n'y a pas d'odeur !

Écrit par : Corto | 15/02/2014

Victor-Liviu DUMITRESCU, vous ne confondez pas PLR et PS ?

Écrit par : Corto | 15/02/2014

@ Galileo.
"Poggia relève la tête après avoir été élu". On se demande pourquoi il avait la tête en bas avant d'être élu, si vous voyez ce que je veux dire. Le MCG aura au moins eu sa satisfaction, si vous voyez ce que je veux dire. Quand au fait qu'il assume ses positions elles changent tellement souvent qu'il fait concurrence au KAMASUTRA.

Écrit par : norbertmaendly | 15/02/2014

Bonjour,
Vous pouvez, Monsieur le Député Zaugg, ne pas apprécier l’UDC. Mais en votre qualité d’ancien libéral de Genève, vous êtes mal placé et, qui plus est, absolument à côté de la plaque en traitant le plus grand parti de Suisse d’extrême-droite ; alors que les libéraux genevois n’arrivent plus à faire valoir leurs valeurs traditionnelles depuis la fusion avec les ennemis radicaux. Je constate ici les ravages du lavage de cerveaux qu’effectuent tant la régie nationale de la mauvaise (c’est-à-dire, orientée politiquement toujours d’un seul côté, celui des gauchistes les plus ineptes qui soient, appuyés en cela par des PDC aux convictions sociales et chrétiennes bien étiolées !) parole, la RTSR que les chaînes de radio et de télévision de la France voisine, très promptes à jeter l’anathème, comme par hasard toujours sur des partis conservateurs en les traitant d’extrêmes, mais très peu sur les excroissances de gauche bien plus dangereuses pour la cohésion nationale.
Dès lors, libre à vous de voir de l’extrémisme dans l’UDC quand vous n’êtes pas d’accord avec ses propositions, mais regardez la poutre qui vous cache la vue et ne vous permet plus d’apprécier à la juste valeur la réalité des choses.
Attaquez bien l’UDC, car plus les PLR de Genève le font, plus ils perdent des voix aux élections. Après le long mandat prévu par la nouvelle Constitution et une composition tout à fait incongrue du Conseil d’Etat en ce qu’il ne correspond pas aux forces en présence, le réveil sera brutal, ne serait-ce que quand les électeurs se souviendront des paroles absolument inadmissibles du petit Président Longchamp, dimanche après-midi 9 février 2014. chance pour ce dernier, il ne sera pas chassé du Gouvernement en 2018, car il saura, comme le pleutre qu’il a toujours été, se retirer de la nouvelle course (avec à la clef, la perte de deux mandats au moins pour les PLR/PDC !!)..

Écrit par : simonius | 15/02/2014

Pendant que les fronts s'organisent par leurs petites alliances politiciennes, personne ne s'intéresse aux besoins des Genevois.
A tout choisir, je préfère encore ce retournement de veste salutaire à l'alliance du reste du parlement pour s'opposer à ce projet vital juste parce qu'il vient de l'ennemi.
Si c'est ça la politique, alors faudra pas vous étonner que vous perdiez tout crédit et que les citoyens n'aient juste plus envie de voter.
Et je pense que vous allez vous prendre une claque qui ressemblera fortement à celle du 9 février.
D'ailleurs, je vous encourage à continuer sur cette voie. Plus vous en ferez, plus les Genevois seront convaincus du contraire.

Écrit par : Pierre Jenni | 16/02/2014

Pierre, les comportements ne sont pas forcément toujours aussi binaires, rassures toi !

Écrit par : Corto | 16/02/2014

Simonius, si vous n'acceptez pas la critique ou les attaques, mieux vaut vous occuper de la coupe des haies de jardins, la politique se base sur les critiques des adversaires et votre comportement est plutôt inquiétant pour l'avenir de la vie politique suisse !

Que les populistes remportent des scrutins en périodes troubles, rien de plus normal, maintenant, que vous ayez opter pour des noms d'oiseaux et des quasis-menaces pour garder votre bastion, là nous entrons dans une autre dimension !

Écrit par : Corto | 17/02/2014

L'idéal sera u parti politique "ni de gauche ni de droite" qui prends ce qu'est positif de chaque parti politique, gauche , centre et droite. Mais je pense que ce sera mieux de ré-inventer la politique. On avance sur des idées vieilles et on va droit contre le mur. En tout cas, des partis comme MCG sans être l'UDC soulève le problème que beaucoup de genevois qui trouvent beaucoup de difficulté a vivre dignement dans une Genève que l'ont dit Dynamique et qui créée du travail.
Le MCG à beaucoup fait pour avertir le gouvernement que cela n'allait pas bien pour beaucoup de concitoyens e des étrangers résidents qui contribuent a la richesse de notre pays et villes. Si nous avions écouté un peu le peuple et le malaise dans laquelle nous sommes confrontés depuis les accord bilatéraux et les accord sur la libre circulation de personnes, nous n'en serions pas là. Maintenant il faut aller de l'avant comme nous avons toujours fait et nous sortirons grandis et beaucoup d'autres pays prendront l'exemple. La démocratie est en péril avec les idées de Bruxelles. Il est encore temps de réparer les pots cassés. Nous avons des ressources incroyables pour nous en sortir de cette pieuvre "UE" et ne nous laissons pas intimider par Bruxelles, la gauche ou le PLR. On ne vends pas notre souveraineté ni notre liberté pour quelque pièces de monnaies. Que certains entreprises veulent quitter la Suisse et quoi ? du chômage ? je ne crois pas, car nous sérions très contents de prendre ces places occupés par les frontaliers. Le chômage ce sera pour eux et pas pour nous.

Écrit par : Manco | 17/02/2014

Les commentaires sont fermés.