09/09/2014

Petite traversée de la rade, et si on parlait du financement ?

1’200 millions à trouver et dépenser en 6 ans !

1,2 milliards! Je ne sais pas si ce chiffre vous parle et si vous le comprenez réellement, moi j’avoue que j’ai de la peine.

Pour mieux saisir ce que représente un milliard essayons quelques comparaisons :

  • 1 milliard de secondes représentent 31.7 ans
  • 1.06 milliard de minutes se sont écoulées depuis la naissance de Jésus Christ
  • Il y a 1 milliard d’heures, les hommes de Néanderthal chassaient le mammouth
  • Si on tondait tous les habitants de Plan-les-Ouates, on récolterait à peu près 1,2 milliard de cheveux

Alors c’est vrai, les initiants et le TCS coupent les cheveux en quatre en divisant ce montant par deux : ils parlent de 660 millions.

Soit. Mais ça fait toujours beaucoup de cheveux !

Pour la petite traversée de la rade, la Confédération a dit qu’elle ne mettrait pas un centime : c’est un projet de portée uniquement locale.

Il reste donc 3 sources de financement :

  • L’augmentation d’impôts pure et simple
    (illusoire dans le canton ou l’on paie les impôts les plus élevés de Suisse)
  • Mettre en veille d’autres projets pour financer la petite traversée de la rade ou réduire des prestations dans d’autres domaines
    (bonne chance avec ça : on voit comment les Genevois réagissent dès que l’on touche au moindre de leurs « acquis »)
  • Un partenariat public-privé (PPP)

Mais le PPP pose plusieurs problèmes.

Même en admettant que l’on trouve des partenaires intéressés à ce type de financement et que les genevois acceptent de payer entre Fr. 4.- et 8.- pour franchir un ouvrage de 600m situé en centre-ville et que la confédération donne son feu vert au principe d’un péage en agglomération, il reste un problème de taille :

L’implantation des gares de péage !

traversée de la radeAfin de ne pas ralentir le trafic, les français mettent sur leurs autoroutes entre 2 et 3 guichets de péage par voie soit une largeur de 4 à 6 voies à chaque extrémité pour un tunnel de 2×2 voies !

Evidemment, une telle emprise sur l’espace public est inimaginable. Néanmoins on n’échappera pas à une largeur d’au moins 2 voies : une pour les abonnés avec un système genre télépéage et l’autre pour les gens qui doivent payer en cash.

Comme les initiants vantent l’emprise minimale des trémies d’accès sur les voies de circulation existantes, ils comptent les faire où leurs gares de péage ?

A chaque entrée du rond-point souterrain prévu sous le parc des Eaux-Vives ?

L’extraordinaire dessin d’Herrmann dans la Tdg du 3.09.2014, que je me suis permis de reproduire ci-dessus, n’illustre malheureusement même pas ce qui nous attend :

Les entrées de la traversée de la rade risquent plus de ressembler à l’entrée du parking sous-lacustre : un tunnel d’une voie avec une barrière au bout !

Autant pour la fluidité du trafic !

Commentaires

Bon, là vous touchez le fond.
A l'heure actuelle il n'existe plus de gares de péage. Tout se fait électroniquement avec des caméras qui prennent la photo de la plaque du véhicule et la facture est envoyée mensuellement.
Je n'aurais jamais imaginé une telle mauvaise foi de votre part. Mais bon, avec les politicards il faut s'attendre à tout.
Maintenant, pour revenir à la question de financement. Il est piquant de relever que nous avons déjà consacré plus de dix fois plus aux transports publics qu'à la route sans que personne ne lève un cil.
Vous tentez désespérément de sensibiliser le public sur l'énormité des chiffres alors que vous défendez d'autres projets pharaoniques tels que la route des Nations, un tunnel à quatre voies qui n'aboutit nulle part et qui devrait coûter presque autant.
Devant tant d'incohérence et de mauvaise foi, je ne peux que me réjouir de la sanction populaire que vous appréhendez à juste titre.

Écrit par : Pierre Jenni | 09/09/2014

Bonne chance pour envoyer mensuellement des factures aux étrangers qui ont traversé une ou deux fois votre tunnel. Rien que la recherche d'adresse coûtera plus que le prix de passage!

Écrit par : Daniel Zaugg | 09/09/2014

Je vois que vous continuez dans la même veine !
Expliquez-moi comment il est possible de recevoir toutes les amendes liées aux diverses infractions commises à l'étranger ?
De nos jours, le moindre petit excès de vitesse en France parvient immédiatement à l'intéressé. Je serais curieux de savoir comment ce ne serait pas le cas pour un passage sous-lacustre. Schengen oblige.
J'observe en outre que vous êtes à court d'arguments pour le reste.
Que du bonheur, en ce qui me concerne !

Écrit par : Pierre Jenni | 09/09/2014

vous vites n'importe quoi Pierre Jeni, nulle part dans le monde les péages sont remplacés par le système dont vous parlez, expliquez moi concrètement comment on peut le faire marcher avec les plaques étrangères dont celles des frontaliers...

Écrit par : Pierre Martin | 09/09/2014

@ Pierre Jenni

"De nos jours, le moindre petit excès de vitesse en France parvient immédiatement à l'intéressé."

C'est faux. A ce jour je n'ai jamais reçu la moindre contravention et je roule beaucoup dans les pays voisins. Et je me suis fait flashé plus d'une fois.

Et ceux qui sont malins "embelliront" leurs plaques avant de passer.

En France il faut etre enregistré préalablement pour avoir accès au télépéage et avoir reçu un badge. Possible pour les locaux, irréaliste pour les occasionels et les étrangers.

De toutes les façons l'initiative n'en parle pas. Donc: à la poubelle.

Écrit par : Charles | 09/09/2014

@ Pierre Jenni :

Pourquoi ne dites-vous pas plus haut que vous faites partie de cette clique tant "appréciée" des taxis genevois ? Peut-être que cela expliquerait aux lecteurs qui doivent vous supporter pourquoi vous tentez pathétiquement de défendre l'indéfendable...

Écrit par : Philippe Maurice | 10/09/2014

Ce début de débat mérite une précision. Londres, Oslo, Singapour, Milan, avec des différences, pratiquent, avec d'autres encore, un système de péage. Voici le cas d'Oslo. http://www.visitoslo.com/fr/transport/en-voiture/Peages/


"Les péages d'Oslo sont entièrement automatisés. Aucun véhicule ne doit s'arrêter au péage pour payer. Les véhicules munis de l'AutoPASS peuvent passer les péages comme avant.

Les conducteurs de véhicules sans AutoPASS payent après leur passage. La plaque d'immatriculation du véhicule est photographiée au moment de leur passage et le propriétaire de la voiture reçoit une facture par la poste. Il peut se passer 2 à 3 mois avant la réception de la facture.

Paiement après le passage au péage : pour éviter une facturation, on peut payer - au plus tard trois jours après le passage - par un des moyens suivants :
Paiement à une station-service ESSO
Paiement online

Automobilistes étrangers
Les automobilistes étrangers peuvent choisir le "Visitors' Payment". Après l'enregistrement d'une carte de crédit et le paiement d'un montant par avance, le prix de chaque péage sera retiré de ce montant.

Facture
Si vous ne choisissez pas l'un des moyens de paiement ci-dessus, la facture des péages vous sera envoyée. Les factures des voitures immatriculées à l'étranger sont envoyées par EPC. EPC utilisent les registres automobiles des différents pays pour retrouver le nom et l'adresse du propriétaire. Les factures doivent être payées à EPC, dont le siège est à Londres."

Écrit par : weibel | 10/09/2014

@weibel
Intéressant cet EPC, je ne connaissais pas. Dommage que ce soit une organisation européenne qui n'a aucun accord avec la Suisse.

M. Jenni me fait marrer: je suis censé être a court d'arguments alors que j'en publie pratiquement un nouveau tous les 2 jours!

De son côté en revanche, mis à part des arguments purement émotionnels genre: "Un tiens vaut mieux que 2 tu l'auras" ou "Ca fait 100 ans qu'on n'a pas construit de pont" je ne vois pas grand chose.

@Philippe Maurice
On peut à juste titre se demander si les taxis ne soutiennent pas la traversée de la rade par pur intérêt économique. Tout le monde sait qu'elle créera des bouchons, or dans un taxi, pendant l'attente dans les bouchons, le compteur tourne...

Écrit par : Daniel Zaugg | 10/09/2014

Les commentaires sont fermés.