19/03/2015

La mobilité genevoise est arrivée à un tournant…

Le constat est simple : enlisés dans une politique des transports du siècle passé, les Genevois souffrent au quotidien dans les bouchons, le bruit et la pollution.

De par son rayonnement de ville internationale, son insolente prospérité et son haut niveau de vie, Genève constitue un pôle d’attraction dont les effets s’étendent largement au-delà des frontières cantonales. Tous les jours, ce n’est pas moins de 550'000 personnes qui traversent les frontières cantonales dans les deux sens (y compris avec le canton de Vaud).

Nos infrastructures de transports ne sont tout simplement plus adaptées pour absorber ce flux.

Pourquoi ne les transformons-nous pas ?

Parce que, depuis de nombreuses années le canton de Genève est englué dans une guerre des transports impitoyable que se livrent deux camps : d’un côté les tenants de la mobilité douce et des transports collectifs et de l’autre les amoureux de la liberté individuelle, défenseurs de la voiture, des motos et autres scooters. 

TdG-Paix-des-transports.jpgLes adversaires sont tellement campés sur leurs positions que chaque projet, qu’il soit de développement routier ou en faveur des transports publics est âprement contesté par le camp opposé. Evidemment, quelques projets passent tout de même la rampe (CEVA, lignes de tram, traversée de Vésenaz,..) mais c’est au gré de majorités fluctuantes souvent dictées par des intérêts divergents.

Le résultat ? Une politique des transports menée sans aucune vue d’ensemble.

La démonstration la plus récente? Une initiative des Verts visant à donner une priorité absolue au TPG sur l'ensemble du canton! Cette proposition qui tente de résoudre un problème réel, la faible vitesse commerciale des transports publics, souffre du même défaut que d'autres avant elle:

Elle ne s'intéresse qu'à un pan de la mobilité au détriment de tous les autres!

Aujourd’hui, certaines réalités sont indéniables :

  • Le mythe de l’accessibilité partout en voiture a vécu
  • Pour de nombreux professionnels cependant, la mobilité individuelle reste indispensable
  • Les transports publics et la mobilité douce sont des alternatives viables et à développer
  • D'un autre coté, pour une grande majorité de pendulaires, en provenance de régions périphériques mal desservies par les transports publics, la voiture est la seule solution

C'est partant de ce constat et suite à l'initiative des Verts que le Grand Conseil a décidé de créer une sous-commission ad-hoc pour élaborer un contreprojet qui, pour une fois, tenterait de prendre en compte tous les aspects de la mobilité: voitures, deux-roues (motorisés ou non), transports publics, piétons.

Ce qui est unique et original dans cette démarche c'est que tous les participants (1 membre par parti) ont accepté de mettre de côté leurs différences pour partir de ce qu'ils veulent et non de ce qu'ils ne veulent pas.

Du simple bon sens ? Oui, mais la démarche est aux antipodes du processus parlementaire habituel: Normalement les commissions sont saisies d'un projet de loi qu'elles analysent, qu'elles décortiquent, qu'elles détricotent pour finalement l'amender, l'adoucir ou le renforcer légèrement. Le résultat du processus se résume trop souvent au plus petit dénominateur commun!

En lieu et place de ce processus destructif, il s'agit cette fois de construire quelque chose.

Chacun y amènera ses briques, le défi sera de trouver le ciment...

Commentaires

Bravo pour cette initiative. Je partage votre constat. Mais !...

- Le choix des députés qui participent à cette aventure la condamne à l'échec.

- Les réponses telles que la mise en site propre des trams pour leur garantir une vitesse commerciale est un désastre que ne subissent pas les Zurichois.

- Les pistes cyclables partout sont un luxe que l'espace ne nous offre pas et qui ne sert qu'à rassurer des cyclistes du dimanche. Je roule tous les jours à vélo et me sens parfaitement à l'aise dans le trafic.(In 144 validée à 50,3 %)

- L'accès dans l'hypercentre doit évidemment être limité pour le trafic de transit, sauf que, notamment grâce à vous, ce ne sera pas possible tant qu'une alternative pour traverser le lac ne sera pas réalisée.

- Les mesures qui ont été mises en place pour limiter le transit au centre on largement contribué au blocage de la ville sans offrir pour autant un hypercentre convivial.

- Les états généraux mis en place par M. Barthassat pour une consultation des professionnels n'ont servi qu'à faire parler de lui. Rien n'a été fait. Votre projet reprend les même travers de ces élus qui prétendent mieux savoir et faire le bien des gens malgré eux.
Un seul chauffeur de taxis ferait mieux que n'importe quel député. Je n'ai malheureusement pas suffisamment l'esprit de sacrifice pour vous proposer de participer à votre aventure qui sera vraisemblablement une caricature de ce qui se passe en commission.

En conclusion, tout ce bruit ne sert qu'à faire parler de vous, et de quelques autres députés, en vue des prochaines élections. C'est fou comme les blogs s'activent durant cette période !

Écrit par : PIerre Jenni | 20/03/2015

Les égyptiens ont tout compris, eux.
Devant le constat de ce que va devenir Le Caire, le maréchal al-Sissi prends des mesures et envisage la construction d'une nouvelle capitale.
Cela couteras seulement 45 milliards.
Je suis certain que Genève, nombril du Monde peut mieux faire, non ?

Donnons-nous les moyens de nos ambitions et rêvons du Grand-Genève !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 20/03/2015

@Pierre Jenni:

1) Raté! Je n'ai aucun intérêt électoraliste à faire parler de moi: je ne suis candidat à rien du tout et je n'envisage même pas de me représenter aux prochaines élections. Quant à faire parler de députés qui sont dans d'autres partis que le mien, je ne vois pas quel avantage je pourrais en tirer

2) Ce n'est évidemment pas moi qui ai choisi quels députés participeront à cette sous-commission mais pour ma part je ne partage pas votre idée qu'elle soit condamnée à l'échec. On peut évidemment réunir une bande de béni oui-oui qui feront tout ce qu'on leur dira mais in fine leurs partis ne les suivront pas. Là au moins, avec M. Wenger, Mme Mazzone, M. Vanek, M. Stauffer, M. Riedweg et M. Buchs, nous avons des députés influents dans leurs partis et si eux arrivent à se mettre d'accord on a au moins une chance que leurs partis les suivent...

3) Quand aurez-vous digéré votre défaite sur la traversée de la rade? Les autres protagoniste sont depuis longtemps passés à autre chose.

4) Mais pourquoi n'y avons-nous pas pensé? Remplaçons-donc tout le Grand-Conseil par des chauffeurs de taxi, ils sont tellement plus compétents que les députés. Ah zut, j'oubliais, il faut se faire élire et avoir un certains sens du sacrifice pour siéger...

Votre commentaire est tout simplement décevant: Voilà enfin qu'un certain nombre de politiques se réunissent pour CONSTRUIRE quelque chose et tout ce que vous trouvez à faire c'est critiquer.

Décidément, Confucius avait raison en disant:
"Quoi que tu fasses, sache que tu auras contre toi tous ceux qui voulaient faire autre chose, tous ceux qui voulaient faire la même chose et l'IMMENSE majorité de ceux qui ne voulaient rien faire!"

Écrit par : Daniel Zaugg | 20/03/2015

Il faut que je m'améliore dans le ton de mes mots. Je ne voulais pas vous agresser pareillement.
1) Comme je vous comprends
2) C'est beau l'influence
3) Qui vous parle de rade ?
4) Sacrifice qui s'arrête puisque vous n'êtes plus candidat.

Donc je reprends... BRAVO pour cette initiative.
On en reparle dans quelques temps.

Écrit par : PIerre Jenni | 20/03/2015

Oups, c'est "quelque temps".
Je déteste être pris en flagrant délit de faute d'orthographe.

Écrit par : PIerre Jenni | 20/03/2015

Excuses acceptées.
J'aurai grand plaisir à tout échange constructif que nous pourrons avoir dans le futur.

Écrit par : Daniel Zaugg | 20/03/2015

Pour moi la traversée de la Rade était la seule chose qui pouvait contribuer à améliorer la situation...

J'attends en tout cas un positionnement ferme de la part des partis de droite contre la fermeture du quai des Bergues, sinon ce n'est plus la peine de voter pour vous, ni de vous rajouter sur d'autres listes.

Le désastre de la libre-circulation des personnes est déjà bien assez fort comme ça.

Écrit par : JDJ | 21/03/2015

Les commentaires sont fermés.