05/06/2016

Merci !

Merci.jpg

30/01/2015

Et si la police redevenait sympathique ?

Je dois vous l'avouer, quand j'ai lu mercredi que la police nous préparait une grève du zèle je me suis dit :

« Y'en a marre ! Quand est-ce qu'ils vont arrêter de nous faire ch… ! »

Alors quand, hier, j'ai été abordé dans la rue par un homme souriant, en civil, qui m'a dit : « Bonjour ! C'est la police, vous prendrez bien un peu de chocolat ? » j'ai été, comme d'autres je suppose, agréablement surpris.

S'en est suivi un échange d'idées constructif lors duquel le policier m'a expliqué ses inquiétudes et sa révolte et lors duquel j'ai également pu lui dire ce que je pensais.

A la fin de l'entretien, je me suis dit que les syndicats de police avaient dû consulter des spécialistes en communication émotionnelle, les fameux « spin doctors », parce que là, franchement, ils ont fait tout juste !

police, LPOLAprès une grève des amendes, une grève de l'uniforme et du rasoir, des manifestations en uniforme et un défilé non autorisé toutes sirènes hurlantes, ces policiers, qui nous avaient habitués à mésuser de leur autorité et à bafouer l'image de leur corporation ont enfin choisi une approche intelligente et conviviale.

Je suis convaincu que cette action « de proximité », basée sur l'explication et le dialogue leur a rapporté plus de soutien populaire que toutes leurs précédentes gesticulations.

Elle leur a entre autre permis de prendre le pouls de l'opinion populaire et de mieux comprendre comment ils sont perçus par les genevois.

J'ai malheureusement dû déchanter en apprenant ce matin dans le journal que Christian Antonietti, dirigeant syndical des policiers, s'insurgeait contre le fait que la hiérarchie avait interdit une action plus musclée.

Pourtant, si j'avais été forcé de m'arrêter lors d'un contrôle routier par un policier dans le seul but de m'expliquer ses soucis et de me distribuer une barre chocolatée, je n'aurais pas du tout apprécié cet abus d'autorité.

Il est triste de constater que les dirigeants des syndicats de la police, obsédés par leurs rêves de manifestations grandiloquentes avec pancartes et mégaphone, ne sont même pas capables de se rendre compte quand ils gagnent des points !

Messieurs les policiers, je vous engage à réfléchir si vos représentants syndicaux, qui ont l'air de penser que la lutte dure est la seule solution, vous représentent vraiment.

Peut-être que pour obtenir des résultats, vous devriez commencer par élire à la tête de vos syndicats des gens moins bornés ?

11:28 Publié dans Genève | Tags : police, lpol | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/06/2014

Marre de ces miliciens...

Ce matin j’ai croisé deux grands types, baraqués, mal rasés en jeans et tee-shirt, l’air de vrais durs, qui déambulaient d’un pas nonchalant comme si la ville leur appartenait. Des personnages peu rassurants qui, si je les avais rencontrés à 23h, m’auraient incité à changer de trottoir.

En plus ils se baladaient armés d’un pistolet et d’un bâton tactique ! Ah oui, j’oubliais, ils avaient également un brassard orange marqué police…

Policier miliciens tdg.jpgMais pour qui se prennent-ils ? On a vraiment l’impression qu’une milice tchétchène a envahi nos rues !

Quand j’étais gamin mes parents me disaient : « Si jamais tu as un problème grave, tu vas vers n’importe quel monsieur en uniforme et tu lui en parles, ce sont nos amis, ils nous protègent… »

Aujourd’hui ce serait : « Si tu as un problème, va vers ces types à l’air louche qui se baladent armés en regardant le monde d’un air méprisant… »     

Bravo pour le respect que vous inspirez, messieurs les représentants des forces de l’ordre !

Vous rendez-vous seulement compte que par votre attitude, VOUS menacez notre sécurité ?

Quand est-ce qu’un voyou aura la brillante idée de se faire passer pour un policier si tout ce qu’il faut c’est une gueule mal rasée et un brassard ?

Votre attitude est scandaleuse !

police manifestant tdg.jpgAlors quand on apprend que des policiers ont osé manifester en tenue, armés et masqués je me pose des questions : Avons-nous laissé se former un état dans l’état ?

Les policiers peuvent-ils tout faire en toute impunité ?

Je vous le dis tout net messieurs de l’UPCP, par vos actions vous discréditez un corps constitué honorable et ce n’est pas votre secrétaire général M. Antonietti qui améliore les choses lorsqu’il déclare que les policiers, eux, contrairement aux ASP, ne manifesteront pas en uniforme.

Il ne manquerait plus qu’ils ne le mettent que pour commettre des actions illégales…

Quant à la lettre que M. Antonietti s’est permis d’adresser aux députés, dans laquelle l’UPCP dicte ses conditions et menace l’Etat d’intensifier encore ses actions, sur la plupart d’entre nous elle n’aura eu que l’effet inverse à ce que vous désirez...

Il est temps de siffler la fin de la récréation !

Et c’est ce que le Conseil d’Etat devra faire dès que nous lui en aurons donné les moyens au travers de la nouvelle LPOL (Loi sur la police).

27/04/2014

Des parkings à nos frais en France

Serions-nous trop généreux avec nos voisins Français ?

Si eux devaient voter sur le sujet, je vous laisse imaginer le tract de campagne du MDDCGF
(Mouvement démocratique de défense des citoyens du Genevois Français)  :

Tract-MDDCGF.jpgA bon entendeur...


08/04/2014

CEVA ou CEVA plus ?

Les PME locales exclues de facto des appels d’offre pour le second œuvre !

Le CEVA, « chantier du siècle », échappera-t-il totalement aux entreprises locales ?

Pour ce qui est du gros-œuvre, les dés sont jetés, l’adjudication s’est faite à de grands groupes français.

Pour les appels d’offres du second œuvre (cloisons, peinture, étanchéité, charpente métallique, façades, électricité, peinture, etc…) les CFF ont procédé à des regroupements de lots pour le moins discutables :

  • Les cloisons en plots de ciment se retrouvent avec les peintures, murs et plafonds, les traitements de surface et l’étanchéité. On demande également la preuve au soumissionnaire qu’il est à même de produire et poser annuellement 20’000 tonnes d’asphalte (!)
  • La charpente métallique quant à elle, est regroupée avec la façade, la signalétique et les éléments vitrés
  • Les lots de plusieurs gares sont regroupés

InterditPME.jpgLes PME locales sont généralement spécialisées dans un ou deux métiers. En procédant à de tels regroupement, les CFF s’assurent que seuls de très grands groupes ou des consortiums internationaux peuvent répondre à leurs mises en soumission. Ils excluent de facto les entreprises locales qui ne disposent tout simplement pas des capacités de production et de la diversité de compétences requises pour répondre à de tels appels d’offres.

Cette façon de procéder n’est pas une nécessité, elle n’est même pas habituelle pour ce genre de chantiers.

Par ailleurs, l’expérience démontre que plus les lots sont importants, plus les entreprises qui les décrochent sont enclines à en sous-traiter une partie, singulièrement quand ces entreprises ne sont pas actives dans l’intégralité des métiers concernés. Sous cet angle, le risque pris ici est donc considérable.

Il n’est pas acceptable que, pour un chantier largement cofinancé par Genève et ses contribuables, les retombées économiques échappent complètement à notre canton.

C’est pourquoi les députés proches de la FMB (Fédération des Métiers du Bâtiment) et de la MBG (Métallurgie du Bâtiment Genève) ont déposé ce jour une résolution pour traitement en urgence (voir ici le texte de la résolution) demandant au Conseil d’Etat d’intervenir auprès des CFF pour :

« Exiger une interruption immédiate de ces procédures et la remise en soumission sur la base de lots compatibles avec les capacités de production des PME locales, régionales et nationales, notamment par une séparation des lots par gare et par métier selon les pratiques usuelles »

Nous demandons que Genève assume la pleine responsabilité de sa co-maîtrise d’ouvrage !