11/02/2014

Et si nous touchions aux limites de la démocratie directe ?

Le peuple a toujours raison, dit-on en Suisse.

Comment ne pas être d’accord avec le fait que, si une majorité décide quelque chose, cette chose sera forcément favorable au plus grand nombre?

Pour ma part je souscris totalement à cette idée, avec un petit bémol toutefois:

Ce n'est vrai que si le peuple est bien informé sur toutes les conséquences de ses décisions.
Ce n’est vrai que s’il décide en connaissance de cause.

Démocratie directe.pngOr, quelle est la réalité? Dans la société actuelle, les citoyens sont submergés d’informations de toute sorte, de sollicitations publicitaires pour des élections et des votes sur une pléthore de sujets plus complexes les uns que les autres.

Ils délèguent donc aux politiciens la tâche d’approfondir ces questions, d’analyser les conséquences positives ou néfastes de telle ou telle idée.

Ensuite, ils attendent de leurs élus que le résultat de ces travaux leur soit présenté d’une manière simple, digeste et surtout, compréhensible par des gens qui n’ont pas l’intention de passer des heures à potasser des sujets arides.

Pourtant, certaines décisions qui sont soumises aux citoyens ont des implications complexes car elles s’inscrivent dans un monde toujours plus interconnecté, toujours plus interdépendant. Comment, alors, trancher sans consacrer une énergie considérable à s’informer?

Comment se faire une idée sur la justesse de telle ou telle proposition si on n’en maîtrise pas tous les tenants et aboutissants?

La tentation est forte de ne se baser que sur quelques slogans, sur quelques idées fortes et facilement compréhensibles en négligeant les conséquences plus subtiles.

Cette tentation, beaucoup de politiciens l’ont bien comprise, surtout dans les formations dites «populistes».  

  • Touche pas à mon logement!
  • Sauvons nos parcs!
  • Non aux cowboys du câble!
  • Stop aux hausses des tarifs des transports publics Genevois!
  • Non à l’immigration massive!

Autant de slogans réducteurs qui ont emporté un vote populaire alors que les objets qui se cachent derrière ces formules lapidaires ont souvent des implications néfastes que les initiants se gardent bien de développer.

Je connais par exemple une dame qui a voté pour Luc Barthassat aux dernières élections parce qu’elle a entendu dire qu’il aimait les chats ! Je ne remets nullement en cause la qualité de Luc Barthassat en tant qu’élu, mais vous conviendrez que l’argument est un peu court pour élire l'une des personnes qui présidera aux destinées de notre Canton pour les 5 prochaines années!

Cette dame est-elle donc stupide? Pas du tout! Il s’agit en fait d’une personne intelligente et capable que je respecte énormément mais qui s’intéresse très peu à la politique. Elle est tout à fait représentative d’une grande partie de la population Suisse.

Cette communication à l’emporte-pièce, réductrice et sur-simplificatrice, les politiques en portent évidemment une large part de responsabilité. D’un autre côté, c’est également notre système qui veut ça.

representant-peuple-konk.jpgPeut-on réellement reprocher à un politicien de prendre des raccourcis, de dire aux gens ce qu’ils veulent entendre, quand il sait parfaitement qu’il n’aura que quelques lignes dans un journal ou quelques minutes dans les médias pour convaincre?

Cependant le résultat est là, sur la récente initiative UDC, qui prétérite durablement notre prospérité, le clivage est clair:
Tous les cantons les plus développés économiquement, tous les cantons contributeurs à la péréquation intercantonale (le système de redistribution des richesses entre les cantons «riches» et les cantons «pauvres») ont voté non.

A l’inverse, les cantons bénéficiaires de cette péréquation ont dit oui. Se sont-ils rendu compte qu’en ce faisant ils détruisaient l’une des sources de la prospérité Suisse? Qu’en quelque sorte, ils mordaient la main qui les nourrit? Je ne pense pas.

Alors oui. Les politiques sont responsables de cette dérive. Mais les politiques sont mis en place par le peuple.

Et le peuple a toujours raison…

30/01/2014

Initiative "Contre l'immigration de masse"

Les routes saturées ? Ne cherchez plus, c’est à cause de l’immigration.
La pénurie de logements ? C’est la faute à l’étranger.

Pour lutter contre ces différents fléaux, la réponse est tout trouvée: YAKA fermer les frontières !

La solution est simple, pourquoi n’y avons-nous pas pensé plus tôt ?

Et d’abord, qu’est-ce qui attire les étrangers dans notre beau pays ? Pour quelle raison viennent-ils chez nous si ce n’est à cause de l’insolente santé de notre économie dans une Europe en plein marasme ?

Notre économie va bien. Et si elle va bien, c’est parce qu’elle peut recourir à la main-d’œuvre qui lui manque. Si elle va bien, c’est parce notre balance commerciale est excédentaire, parce que nous exportons des biens et des services de qualité, appréciés dans le monde entier.

Alors c’est vrai, barricader notre pays aura un impact immédiat :

Suisse-UDC-Affiche-Mouton-Noir-1.jpgL’économie peinera à trouver la main-d’œuvre qui fait défaut en Suisse. Elle pourra donc difficilement honorer ses commandes. Dans le même temps, sans les accords bilatéraux qui seront dénoncés avec ce vote, elle se coupera de marchés essentiels.

La suite est simple :

Commandes plus rares ==> Récession
==> Baisse d’attractivité économique

En s’attaquant à la cause du mal, notre prospérité, l’UDC aura réussi son pari : l’immigration aura reculé.

Les partisans de la décroissance devraient voter cette initiative!

Mais n’y a-t-il pas une autre solution qu’une récession pour régler le problème des bouchons et des appartements rares ? D’autant que j’ai comme un doute : Genève est en situation de pénurie  de logement depuis des décennies, bien avant l’entrée en vigueur des accords bilatéraux !
Et si le problème était ailleurs ?

Et si Genève manquait de logements, parce qu’elle ne construit pas assez ?
Et si les routes étaient saturées, faute de nouveaux projets d’infrastructures ?

Ça tombe bien, pour apporter des réponses à ces problèmes, les Genevois se prononceront également le 9 février sur un indice de densité minimum du sol, permettant de construire plus et mieux, et sur un projet de financement des infrastructures et d’aménagement.

Autant de projets auxquels l’UDC s’oppose. Cherchez l’erreur.

09/10/2013

Initiative 1:12, chez les socialistes, la délocalisation a commencé

L’une des grandes craintes des opposants à l’initiative 1:12 c’est que les entreprises délocalisent.

Une délocalisation, non pas de leur production, mais de leur direction, afin de pouvoir continuer à verser des salaires élevés à leurs hauts cadres.

Les socialistes n’ont jamais cru à ce scénario. C’est peut-être pour le démontrer qu’ils ont décidé, eux, de délocaliser la production de leurs drapeaux en Chine…

 Drapeaux-1-12.jpg

Pour ma part je trouve cela assez piquant: Voilà un parti qui défend becs et ongles les travailleurs suisses. Si quelqu’un leur parle de la cherté de la main d’oeuvre suisse ils répondent que ce n’est pas un problème, YAKA payer un peu plus, la protection des travailleurs est à ce prix.
Et, jusqu’à un certain point, je suis d’accord avec eux !

En revanche, lorsqu’il s’agit de leur propres finances, il n’y a plus personne! Que ce soit au niveau suisse pour l’initiative 1:12 ou au niveau genevois pour leurs élections (voir à ce sujet mon article du 8 février) ils n’hésitent pas à acheter chinois!

Ça ne me choquerait pas autant si ce parti ne confondait pas à longueur d’année le Grand Conseil Genevois avec une sorte de Parlement Mondial qui serait en charge de résoudre l’ensemble des maux de la planète.

Que les incrédules se fassent leur propre opinion, voici quelques-uns des objets déposés par les socialistes ces dernières années. N’hésitez pas à cliquer sur les liens pour vous faire une idée de leur contenu:

Je ne conteste pas qu’il y ait des problèmes, parfois dramatiques, dans certains de ces pays. En revanche, j’estime que ce n’est pas le rôle du Parlement Genevois de les résoudre: le peuple ne nous a pas élu pour ça et en plus, nous n’en avons tout simplement pas le pouvoir.

Alors mesdames et messieurs les socialistes, avant de donner des leçons aux autres, balayez donc un peu devant votre porte!

22/08/2013

1:12 pour une vraie société à 2 vitesses !

Sympathique cette initiative 1:12 ?

L'argument est percutant:

"Personne dans mon entreprise n’a le droit de gagner en un mois ce que je mets un an à gagner. Quoi de plus simple, quoi de plus logique ? …et puis on en a marre de ces rémunérations outrageuses de 72 millions !"

Si le salaire le plus bas de ma société est de 4'500.-/mois, cela signifie que le salaire le plus haut est plafonné à ~650'000.-/an.

En ce qui me concerne, l’initiative me laisse une jolie marge de progression !

Mais …car il y a un "mais", si l’initiative passe, qu’adviendra-t-il dans d’autres sociétés ?

Sans aborder le problème des rémunérations excessives, qui se chiffrent parfois en dizaines de millions par année, quid des patrons ou des hauts cadres qui touchent des salaires / primes de 1, 2 ou 3 millions par an, ce qui reste relativement courant?

tortue-courses-lievre.jpgDans les multinationales, la solution est toute trouvée : délocalisation immédiate du siège de l’entreprise à l’étranger.

Une perspective qui aura pour conséquences des pertes fiscales pour les communes de résidence des hauts cadres et un coup de frein au développement de l’entreprise sur le territoire suisse.

Oui, me répondront les partisans de l’initiative, mais il reste beaucoup de sociétés qui ne pourront pas se délocaliser car leur marché est ici. Pas faux.

Il faudrait juste que ces doux rêveurs m’expliquent ce qu’il s’imaginent qui va se passer :

  • Si le patron gagne par ex. 1,5 millions/an, pensent-ils réellement que pour préserver son niveau de vie il va payer son technicien de surface ou la caissière de la cafétéria à plus de 10'000.-/mois ?
  • Ou alors espèrent-ils que par souci d’équité ce patron exemplaire va accepter une diminution de plus moitié de son train de vie pour ne toucher plus que 650'000.-/an ?

La nature humaine étant ce qu’elle est, je pense plutôt qu’il va réfléchir à des solutions alternatives.

On pourrait par exemple imaginer que l’ensemble des cadres supérieurs soient externalisés et deviennent des consultants.
Une autre solution plus probable : externaliser l’ensemble des emplois peu qualifiés en les confiant à des sous-traitants.

Dans certains cas, la société pourrait être scindée en deux : d’un côté une petite structure n’occupant que des cadres de haut niveau qui s’occupent de gestion et de vente et de l’autre côté une société s’occupant exclusivement de la production qui serait liée à la première par un contrat d’exclusivité à toute épreuve.

Les solutions pour contourner cette loi ridicule sont légion, et le seul effet concret de l’initiative sera d’enrichir les notaires et les avocats tout en précarisant encore un peu plus les bas salaires et les emplois peu qualifiés.

Si vous ne voulez pas d’une société à deux vitesses :

REFUSEZ CETTE INITIATIVE QUI S’ATTAQUE AUX FONDEMENTS DE NOTRE PROSPERITE

 

Licencier et sous-traiter.jpg

 

11/04/2013

Elargissement de l’autoroute de contournement : une priorité pour Genève

Le constat est clair: le taux d’utilisation de l’autoroute de contournement est proche de la capacité disponible

Ce constat, ce n’est pas seulement le nôtre, celui des utilisateurs de cette infrastructure, qui en avons forcément une vision subjective, c’est surtout celui du très sérieux Office Fédéral des Routes (OFROU).

Celui-ci conclut en effet, dans son étude d’opportunité publiée en mars 2013, que « L’élargissement de l’autoroute actuelle est indispensable pour résoudre le goulet d’étranglement. »

Bouchon autoroutier.jpgL’Arc lémanique est la région qui connaît actuellement la plus forte croissance économique et démographique de Suisse et nos besoins en mobilité augmentent en proportion.

En 2009, 500’000 pendulaires Suisses et Français franchissaient chaque jour les frontières du canton. En 2013 ce ne sont pas moins de 550’000 franchissements quotidiens, soit une augmentation de 10% en quatre ans!

La vision à long terme de l’Etat en matière de mobilité est synthétisée dans le projet « Mobilités 2030 » et reprise dans projet d’agglo dit du « Grand Genève »..
Ces deux projets prévoient de restreindre fortement le trafic en centre-ville et, pour réaliser cela, ils partent du principe d’un bouclement du contournement autoroutier en 2030.

On peut questionner la pertinence de « Mobilités 2030 » et, sur une certain nombre de points, je suis le premier à le faire. Cependant, que cela nous plaise ou non, c’est sur cette base que le canton planifie aujourd’hui ses transports, notamment pour ce qui est des mesures de réduction du trafic en ville.

Il serait catastrophique pour tout le monde que les mesures de réduction de trafic prévues ne soient pas accompagnées parallèlement d’un développement de nos infrastrutures routières périphériques.

Il est vrai que, dans l’idéal, ce que nous voulons c’est le bouclement du contournement autoroutier, autrement dit, la Traversée du Lac.
Cependant les études techniques de l’OFROU montrent qu’à elle seule, cette traversée ne suffira pas à résorber le goulet d’étranglement du contournement et que, pour atteindre ce but, il faudra de toute manière élargir l’autoroute.

Il ne faut donc pas, comme certains le font aujourd’hui, opposer les deux projets:
ils sont complémentaires!

On peut même aller plus loin en affirmant que si nous voulons un jour avoir une traversée du lac, l’élargissement du contournement est un préalable indispensable.

Autoroute de contournement Kunzler.jpgC’est pourquoi je suis allé aujourd’hui à Berne, accompagné du député UDC Patrick Lussi ainsi que de celle qui m’affuble volontiers du titre honorifique de « son meilleur ennemi », la conseillère d’état Michèle Kunzler.

Ensemble, nous avons défendu devant le Conseil des Etats une initiative cantonale votée à l’unanimité par le Grand Conseil, qui demande que cet élargissement soit considéré par la Confédération comme un projet prioritaire.

La bonne nouvelle, c’est que le Conseil Fédéral a proposé hier au chambres fédérales d’approuver définitivement l’élargissement du tronçon Meyrin – Le Vengeron.

Cette première victoire est une étape, sous réserve d’acceptation du projet, qui à terme laisse bien augurer de la suite de ces travaux qui doivent mener à une fluidification du trafic sur l’autoroute de contournement.