19/04/2013

Mobilités 2030: infarctus programmé

Mobilités 2030, c’est « une diminution de 30% des capacité offertes par le réseau routier pour l’ensemble des traversées du Rhône et de l’Arve »!

Infarctus.jpgLa vision à moyen terme du Conseil d’Etat pour la mobilité genevoise, synthétisée dans le document « Mobilités 2030 », prévoit de réduire considérablement le trafic en ville.

L’une des méthodes permettant d’y arriver est le développement des transports publics et de la mobilité douce. Avec une augmentation de l’offre de 40% ces dernière années, cette piste est déjà bien exploitée.

Cette approche est pourtant loin d’être suffisante. La direction générale de la mobilité prévoit une augmentation de la demande en transports individuels motorisé de 20% entre 2005 et 2020. Ce scénario est loin d’être fantaisiste: depuis 2009, le nombre de franchissements des frontières du canton a explosé de 500’000/jour à 550’000/jour, soit une augmentation de 10% en quatre ans!

Cette stratégie de développement des transports publics est donc complétée par un autre volet: le renforcement de la hiérarchie du réseau routier.

  • Au niveau du canton, cela passe par l’élargissement de l’autoroute de contournement et le bouclement de celle-ci par une Traversée du Lac.
  • Au niveau de la ville, il s’agit d’empêcher le trafic de transit à travers les quartiers en le reportant sur les axes principaux.

L’objectif est louable, l’approche est sensée.

Oui, mais… la réalité est bien différente! Pour ce qui est de l’élargissement du contournement et de la Traversée du Lac, ces projets sont embourbés aux chambres fédérales, où ils sont en concurrence avec d’autres projets cantonaux. Cette bataille n’est pas perdue, mais elle est surtout loin d’être gagnée!

Pour ce qui est de la stratégie locale, reporter le trafic sur les axes principaux est la chose à faire, à condition qu’on ait des axes principaux dignes de ce nom!

Dans l’exemple du pont Wilsdorf qui défraie la chronique, la Direction Générale de la Mobilité (DGM) prévoit un report de trafic sur le boulevard des Acacias. Ce boulevard, une « pénétrante » selon le vocabulaire consacré, porte bien mal son nom. Depuis l’installation de pistes cyclables des deux côtés et d’un tram en site propre au milieu avec des passages piétons en veux-tu, en voilà, on n’y circule tout simplement plus.

Cette route ressemble plus à un parking à ciel ouvert qu’à une pénétrante!

D’autres axes dits « principaux » sont dans le même cas: la route de Chancy et l’axe Cornavin-Meyrin par exemple.

Et c’est là que rien ne va plus. La Conseillère d’Etat en charge de la mobilité met le turbo pour mettre en œuvre les mesures de réduction du trafic prévues alors que les itinéraires alternatifs sont inexistants.

Les situations comme celles du pont Wilsdorf / Ecole de Médecine et celle du quartier de Saint-Gervais , programmée pour cet été (voir ci-dessous), vont se multiplier sans qu’on améliore pour autant la fluidité des artères principales.

St.--Gervais-s.jpg